Inconnu dans le dictionnaire, le terme de mutualisation est né de la pratique d’échanges mutuels, c’est-à-dire qui impliquent une réciprocité dans l’action. Elle concerne un groupe défini par les actes ou objets qui sont mutualisés par ses membres (personnes ou structures) au profit de ceux-ci. Elle est fondée sur un principe de coopération et de solidarité.

Elle comporte une dimension technique où chacun contribue  concrètement pour l’ensemble du groupe (par exemple financièrement) en échange de moyens, services, prestations, selon ses besoins, dans des conditions définies préalablement.
Au-delà des aspects purement techniques, mettre en place des actions de mutualisation ne peut s’affranchir des questions de sens : «Quelle est l’intention sous-jacente ?», «À quels objectifs répond-elle ?»…