L'économie sociale et solidaire est une grande famille qui réunit des associations, des coopératives, des mutuelles. Ce sont des structures très diverses de part leurs tailles, leurs histoires et leurs intentions, mais elles ont en commun de mettre l'économie au service de la personne et non l'inverse. Cela se traduit par des valeurs et des modalités spécifiques telle que la libre adhésion, le pouvoir démocratique exercé par ses membres (1 personne = 1 voix), l'indépendance économique, la solidarité, une finalité au service de la communauté…

Secteur très disparate (qui va de la mutualité française en passant par la caisse d'épargne ou la coopérative agricole, la scop chèque déjeuner, aux AMAP, au commerce équitable et petites associations locales), il cherche à être mieux reconnu et pour cela, il a eu besoin de se structurer et de s'institutionnaliser à travers des fédérations et des chambres régionales de l'économie sociale et solidaire.

Il a tendance, pour se faire reconnaître, à mettre en avant son poids économique (10% de l'emploi), mais sa vraie valeur ajoutée réside dans son utilité sociale.

L'économie sociale, est née d'utopistes du XIXè siècle, comme véritable projet de transformation sociale.

Elle a besoin, aujourd'hui, de réactualiser fortement cette capacité de transformation sociale dans le monde économique qui est le nôtre aujourd'hui, produisant toujours plus d'inégalité et d'exclusion. L'économie sociale et solidaire est porteuse de valeurs qui ont fait leur preuve et qui peuvent s'essaimer dans tous les domaines : l'économie, la finance, l'éducation, la formation, le social, la culture, etc…