Au cours de mes pérégrinations, je rencontre des personnes souffrant d'un manque d'écoute. Écoute de soi, écoute de l'autre, écoute pour soi, écoute précieuse pour des liens et un mieux-être de l'humanité.

L'écoute s'ancre dans une relation authentique et bienveillante. Simplicité.

Dans cette société qui a exacerbé la posture individuelle jusqu'à l'isolement, naissent de nouveaux métiers dont l'action est de renouer du lien social, d'apporter de l'écoute et du discernement, une professionnalisation des relations. Tout ce qui pouvait être pensé comme naturel, mais qui ne l'est pas tant, au vu de tous les malentendus, blessures enfouies.

J'aime à penser que la construction d'un monde meilleur passe par ce travail personnel, ce retour sur soi, pour mieux s'ouvrir aux autres, être en lien et contribuer en apportant sa goutte d'eau.

Jean-François Malherbe dans ses essais d'éthique critique

"Déjouer l'interdit de penser" dit ceci : "Le sujet qui a le sentiment de son impuissance à sauver le monde (autrement-dit le sujet qui aimerait être Dieu) passe assez rapidement, et sans doute par dépit, à la conviction qu'il n'y a rien à faire (autrement dit, il se prend pour un moins que rien) plutôt que de voir que, même si ce n'est pas lui qui décide quand le baril va déborder, sa tâche consiste à décider jour après jour s'il laisse tomber ou non sa petite goutte d'eau dans le baril. Son geste est infinitésimal mais non nul. Il se peut qu'il laisse tomber dans le baril la goutte qui le fera déborder. Mais toutes les gouttes précédentes ont autant d'importance que la fatidique". Ainsi, comme il le dit plus haut "Assumer son humaine condition, sa solitude, sa finitude, son incertitude, c'est la reconnaître lucidement, l'inscrire explicitement dans sa propre histoire subjective, y reconnaître les traces de l'autre et recueillir ainsi les conditions les plus favorables à l'exercice du jugement moral".

Je pense que c'est avec cette perspective que je situe mon travail de professionnelle de la relation.