Avec ma collègue, Annie Chaigne, nous avons animé deux journées forts sympathiques avec des agricultrices et femmes en milieu rural, sur le thème de la mémoire (avec la chambre d'agriculture de la Haute-Savoie).

Nous avons tenté de démystifier la peur de perdre la mémoire. Un partage de représentations de ce qu'est la mémoire, comment je m'en sers, a abouti à la construction d'un savoir collectif fort riche. Nous avons alterné des jeux pour stimuler les composantes utiles à notre mémoire et à notre agilité mentale : la concentration, l'observation, l'éveil des sens, l'imagination, les associations d'idées… Chacune a pu explorer sa façon d'exercer sa mémoire à travers ses 5 sens, ses émotions, sa vision spaciale, son lien à l'autre...

Sur une exploitation agricole, les informations affluent, quelles sont celles que je garde, comment je les trie, comment je les transmets… Chacune a partagé ses trucs et astuces.

La mémoire construit notre identité, par nos expériences vécues, qui deviennent souvenirs. Elles sont associées à des émotions et des apprentissages qui modifient nos comportements et structurent notre identité.

Transmettre, c'est être en lien. Le lien est ce qui permet de garder sa mémoire par la stimulation que nous offre le contact avec les autres.

Notre deuxième journée a été riche d'émotions lorsque chacune a fait part de souvenirs qui faisaient sens et parlaient d'elles, de leur identité.