Après avoir écrit l'histoire paternelle, avec "la vie de château, côté jardins", j'ai souhaité retracer aussi l'histoire maternelle, pour me relier à mes racines et pour transmettre à mes filles, nièces et neveux ce qu'à pu être la vie de nos ancêtres, cultivateurs depuis des siècles à Yenne, en Savoie.

Dans ce livre, à caractère privé, j'ai cherché à reconstruire bribes par bribes ce qu’a pu être cette vie de femmes si différente de la mienne, malgré le faible décalage d’âge. J’ai quarante ou cinquante ans d’écart avec cette génération de femmes qui vivaient sous la coupe de leur belle-mère et de leur mari, quémandant de l’argent de poche pour faire les courses. Je prends la mesure des changements, des ruptures et d'une différence de modes de vie, non seulement dans le quotidien, mais surtout dans les choix, malgré toute la relativité du choix, devenus possibles.