Un tour d'horizon éclectique sur la confiance vue à travers des témoignages et des chercheurs dans cet ouvrage édité par Textuel dans le cadre d'un partenariat avec l'observatoire de la Poste. Je partage ce qui est écrit dans l'avant-propos :

"Tous insistent sur la nécessité d'aménager des règles et de repérer les difficultés qui pourraient gripper les logiques émergentes : la confiance mutuelle ne naît pas seulement des bonnes intentions de chacun, encore faut-il lui donner un cadre, un contexte encourageants. Pour réinventer la confiance, les auteurs de ces pages suggèrent de revoir les dogmes de l'économie dominante, de réévaluer les liens entre générations, d'user d'une parole vraie en lieu et place des mots creux, de considérer différemment l'idée même de travail".

Je relève pour ma part cet extrait de la contribution de Cynthia Fleury (philosophe et psychanalyste) : "Un dire qui s'oblige, c'est un dire auquel je peux me fier, que ce dire soit bienveillant ou critique. C'est un dire qui ne vise pas l'instrumentalisation d'autrui mais l'émancipation réciproque des interlocuteurs. […] La confiance en soi ou le courage n'existent qu'en nous échappant, sinon, ils deviennent la version caricaturale d'eux-mêmes. Dire que l'on a confiance en soi, c'est déjà se singer. Les personnes dont on dit qu'elles ont confiance en elles-mêmes sont heureusement principalement conscientes des doutes qu'elles éprouvent."