Cheminer en cohérence

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Entreprise coopérative

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 21 août 2015

Comme un rhizome

Acheter le livre



extrait comme un rhizome

Imaginez qu'un jardin collectif puisse changer nos vies.
Imaginez que ce jardin géré de manière coopérative grâce aux compétences de chacun permette de redistribuer équitablement les richesses produites.
Imaginez que l'économie sociale et solidaire s'étende sur tout le territoire, comme des rhizomes…

C'est le rêve éveillé d'Antoine, Inès, Myriam, Colette, Louis et les autres qui, à travers Potes et Potagers, leur entreprise coopérative associative, travaillent à un changement radical de société.

Modèle ou utopie ? Antoine, le fondateur de ce projet, est au cœur de la tourmente, leader malgré lui… La question cruciale se pose : pour poursuivre l'aventure, comment faire coexister la gestion économique de l'entreprise avec les valeurs humaines qui s'y déploient ? Ils vont faire appel à Marthe, coach, pour sortir de leurs difficultés.

Premier roman sur l'économie sociale et solidaire, Comme un rhizome fait vivre de l'intérieur cette expérience très enrichissante où l'individu et le collectif se remettent en cause ensemble.

Béatrice Poncin, praticienne de l'économie sociale et solidaire et du coaching, aborde en profondeur par la fiction tous les aspects les plus constructifs et passionnants de ce modèle économique privilégiant le bien-être de tout un chacun et de tous, ensemble.

mardi 4 août 2015

Un roman inédit

Il est bon de laisser du temps au temps... ce livre commencé il y a 2 ans et demi a fait son chemin. Je l'ai rédigé d'un trait, début 2013. Occupée par d'autres tâches, je l'ai repris un an plus tard. Grâce à la lecture attentionnée d'une dizaine de premiers lecteurs, j'ai pu améliorer le texte et oser penser le publier.

Il a trouvé son éditrice il y a tout juste un an. Nous nous sommes rencontrées, avec Sylvie Darreau, fondatrice des éditions de la Cheminante, lors de l'événement Étonnants voyageurs à St Malo.
Une belle rencontre car Sylvie pétille d'un enthousiasme contagieux. Je suis ravie de rejoindre sa maison d'éditions.

Aujourd'hui, je suis heureuse d'annoncer la parution de
Comme un rhizome
le 10 septembre 2015 !!!

et je suis pleine de gratitude pour tous ceux et celles qui m'ont soutenue pendant ce parcours.

Sacré événement pour moi que la sortie de ce premier roman.


C'est l'histoire d'un collectif tiraillé entre utopies fondatrices et structuration de son développement. Pour sortir d'une situation de crise, ils font appel à un accompagnement… via le DLA, naturellement...

Et c'est ainsi que la trajectoire d'Antoine, Myriam, Colette, Louis rencontre celle de Marthe, coach.

Au fil des pages est racontée l'économie sociale et solidaire et aussi le métier d'accompagnement d'organisations.

Comme un rhizome est le titre choisi par l'éditrice :

"Formé à partir de la racine, le rhizome est une tige qui pousse horizontalement et qui protège et nourrit la terre. Les philosophes Gilles Deleuze et Félix Guattari s’en sont inspirés comme modèle notamment d’une horizontalité où aucun ne prévaut sur l’autre et où chacun a un rôle à jouer… Édouard Glissant reprend l’idée des deux philosophes pour chanter l’identité plurielle et la mise en réseau du rhizome qui s’oppose à l’unicité de la racine. Il oppose avec ce concept les cultures ataviques aux cultures composites qu’il appelle de ses voeux. Béatrice Poncin en tire la possibilité d’un être-ensemble transversal où se lient individualité et coopération..." Sylvie Darreau.

lundi 2 juin 2014

La transmission

Une organisation associative ou une entreprise coopérative, comme d'ailleurs tout autre type d'entreprises, vit un changement majeur lors du départ annoncé ou prévu de son dirigeant ou de sa dirigeante. C'est une transmission particulière puisqu'il ne s'agit pas de céder une entité mais de laisser sa place pour faire vivre un projet.

Ce sujet suscite de nombreuses réactions et toujours l'interrogation sur la possibilité, la capacité, la difficulté à quitter une direction et à la confier à un autre.


J'ai posé quelques points de repères dans le document ci-dessous à partir de ma propre expérience, des témoignages de dirigeants et de mes connaissances.

la transmission


Si vous voulez imprimer ce document : en voici une version sous forme de livret (configuration pour l’imprimante : position « paysage », recto/verso reliure côté court)

la transmission pour impression

dimanche 25 mai 2014

La nef , banque éthique

La modification des statuts de la Nef pour être une banque a été adoptée hier sous des applaudissements qui n'arrivaient plus à s'arrêter !

Un bel élan pour ce nouveau cap.

Des peurs qu'en grandissant, la coopérative perde son âme, ont été exprimées. Des exemples viennent nourrir ces peurs. Je ne les partage pas car peut-on comparer des histoires différentes, des intentions différentes... même si elles sont toutes empreintes d'ESS... La Nef puise sa force dans ses fondements qui sont ravivés à chaque instant. Sur ce terreau fertile, son projet de transformation sociale a été réaffirmé lors du congrès où le plus grand nombre des synthèses des échanges étaient concentrées sur les enjeux sociétaux. 

Un congrès et des AG excellemment bien préparées par les équipes de la Nef, de Nef Gestion, des sociétaires actifs et des instances. Un beau moment de partage fraternel.

Un congrès animé avec la méthode du forum ouvert par Céline Poret et Maïté Cordelle d'Oxalis... en vraie cohérence avec le développement de la vie coopérative. Elle est la condition de la réussite d'une banque éthique ! Quelque soit notre place, épargnant, emprunteur, salarié, dirigeant, sociétaire actif, nous sommes des citoyens au service d'un projet commun pour que l'argent relie les hommes et les femmes...

jeudi 16 janvier 2014

"Une autre politique pour l'ESS est-elle possible ?"

Un article d'Anne-Laure Desgris, dirigeante d'Oxalis et Stéphane Veyer, dirigeant de Coopaname, de la manufacture coopérative.

Dans cette actualité où l'ESS est de plus en plus repérée, leur propos donne matière à réflexion.

À lire également le billet de Michel Abhervé sur Alternatives Économiques

dimanche 18 novembre 2012

Trophée de l'économie sociale et solidaire

Oxalis a reçu le trophée de la démocratie. C'est une belle reconnaissance d'un parcours de longue date, cette intention d'origine de faire en sorte de vivre des rapports au travail sans lien de subordination, de croire au fait que chacun puisse participer à la vie d'entreprise, avec nos tâtonnements, nos essais-erreurs, les méthodes que nous avons expérimentées et capitalisées. Je suis heureuse de cette reconnaissance, donnée par les partenaires d'Oxalis, au moment où les fondateurs ont choisi de laisser les fonctions de direction en cohérence avec l'éthique même du projet Oxalis.

Voici le mot prononcé envers les fondateurs d'Oxalis (dont je fais partie)  par Patricia qui s'est vue remettre ce prix : "je tiens à partager avec vous ce moment de reconnaissance par le réseau, de la démarche d’Oxalis depuis sa création. Il s’agit bien de cette ligne de conduite que vous avez posée dès le départ : celle de mettre la démocratie comme axe prioritaire dans la coopérative. Ce qui est récompensé n’est pas un résultat mais la démarche, c’est juste un élément de plus (si nécessaire) pour nous rappeler que c’est un travail permanent, qui doit s’adapter aux différentes mutations de cette SCOP. Ce qui est récompensé, c’est aussi le courage de se dire les points où on n’est pas d’accord et de les traiter. Ce trophée est un puzzle en bois. Je trouve le symbole très adapté".

dimanche 13 mars 2011

Entreprendre sans prendre : quel rôle social pour l'entrepreneur ?


Le centre agroécologique des Amanins organise régulièrement des forum. Ce sont des temps de convivialité tranquilles, ouvert à tous, pour approfondir, en petit nombre, les échanges lancés lors de leur 5e anniversaire qui avait rassemblé près de 1200 personnes.

Celui-ci se déroulera du samedi 16 au mercredi 20 avril au centre agroécologique des Amanins dans le Val de Drôme. Voir en pdf le programme de ce forum.

Je suis invitée à venir partager mon expérience lors de la conférence qui aura lieu le samedi 16 à 14h30 avec Béatrice Barras, d'Ardelaine et Michel Valentin des Amanins et je participerais aux échanges jusqu'au lundi 18.

vendredi 4 mars 2011

Film Entre nos mains

La médiathèque et le cinéma Renoir de Pontcharra (en Isère) ont organisé une soirée d'échanges après la projection du film "Entre nos mains" de Mariana Otero. J'étais conviée à cette soirée pour témoigner de mon expérience de femme en Scop puisque cette séance était l'un des moments de rencontres proposé par la médiathèque (expo, discussion, contes) sur le thèmes "ce que je veux pour elles".

La soirée était très sympa. J'ai été très touchée par ce film où des femmes et quelques hommes d'une entreprise de lingerie en faillite se voient proposer de la reprendre en Scop. Le passage d'une posture de salariée à celle d'associée est un long chemin. 

Lire la suite...

vendredi 8 octobre 2010

Économie sociale et solidaire

Parmi les misions de cet automne, je réalise l'évaluation du contrat économique sectoriel signé entre la Région Rhône-Alpes, l'État et la Chambre Régionale de l'Économie Sociale et Solidaire (CRESS). Ce contrat d'une durée de 3 ans touche à sa fin. Il a permis aux structures de l'économie sociale et solidaire de conduire diverses actions.


Cette évaluation participe à la préparation du prochain contrat économique sectoriel afin de continuer et de renforcer l'amorce d'une dynamique collective entre ces acteurs.

Je conduis cette mission avec Bernard Brunet de la Scop Sapie.

Je me sens très concernée par ce secteur, étant moi-même en tant que personne, en tant qu'associée d'Oxalis, en tant que sociétaire et présidente du comité d'éthique de la Nef, très impliquée dans l'économie sociale et solidaire. Pour en savoir plus sur l'ESS : consultez le site d'Alpes solidaires.

Lire la suite...

vendredi 23 juillet 2010

Dispositif local d'accompagnement


J'accompagne des structures d'utilité sociale (associations ou coopératives) pour les aider à repositionner leur projet, à se développer, à mieux travailler en équipe, à bien vivre des changements… La plupart du temps, j'interviens via le Dispositif Local d'Accompagnement (le DLA) qui finance cet accompagnement.

Chaque intervention d’accompagnement est adaptée à la demande.
Je conduis actuellement une mission pour la mise en œuvre d’un réseau d’entrepreneurs pour une association du Doubs.

Au sein d’Oxalis, nous avons créé un groupe de travail pour mieux coopérer dans le cadre de ce dispositif.


Ainsi, je propose mes services, à la demande des structures, et sur réponse à des cahiers des charges, au niveau local (auprès d’associations ou autre structures d’utilité sociale), au niveau régional (auprès des centre régionaux de ressources ou d’animation) ou au niveau national (dans le cadre d’une mission d’appui de l’Avise).

Plaquette de présentation (version pdf) de l'équipe d'Oxalis intervenant dans le champ de l'économie sociale et solidaire.

Lire la suite...

mardi 20 juillet 2010

Monographies, histoires de vie

J'aime écrire. J'aime retracer des histoires de vie.
J'ai ainsi mené des travaux d'écriture divers, au fil d'opportunités ou selon mes propres intentions.

Je mets en œuvre dans ce travail deux compétences : celle de l'écoute, issue du coaching, et celle de l'écriture, autodidacte.

Ainsi, 

• Les missions d'études que j'ai mené se sont appuyées sur des paroles d'acteurs. Comme des miroirs, les mini monographies rédigées donnent à voir autrement ce qui se dit. 

• L'ouvrage Salarié sans patron ? est construit à partir d'une vingtaine d'histoires de vie et de projets. 

• J'ai apporté un regard sur l'accompagnement apporté par le DLA à travers la rédaction de monographies d'associations de Basse-Normandie

• J'ai rédigé deux ouvrages familiaux "La vie de château, côté jardins" et "Femmes de la terre", à partir de témoignages, croisant les regards.

• J'ai écrit pour le compte de coach deux ouvrages de management.

• J'ai publié des ouvrages et plus particulièrement, un roman  Comme un rhizome aux éditions la Cheminante



Lire la suite...

lundi 5 juillet 2010

Le forum des usages coopératifs de Brest

Invitée par Philippe Cazeneuve, j'ai découvert tout un monde... le web 2.0, le monde des outils collaboratifs. J'ai participé à la session "économie sociale et solidaire et TIC". J'ai apprécié d'échanger sur notre vision de la coopération. Jusque là, je n'avais pas vu toutes les opportunités de travailler à distance et en coopération grâce aux nombreux outils existants. Ce qui m'a séduit, c'est que l'entrée "outils" induit les mêmes questionnements sur la façon de faire ensemble, que ceux-ci ne se substituent pas à la relation directe mais sont des alliés pertinents. Ainsi, je ne m'attendais pas à ce qu'un forum sur les TIC parle de "territoires en transition" ou de monnaies complémentaires, par exemple.
Les enseignements que j'ai pu tirer de ma pratique sont en phase avec ceux des personnes qui ont pensé ou qui utilisent des outils du Web 2.0 et cela m'a permis de faire de nouveaux liens.

Ce forum a été l'occasion de belles rencontres, comme par exemple celle de Marc Alphandéry et de Pascale Delile avec qui j'ai travaillé ce jour-là, ou encore de Dominique Guardiola, qui m'a aidé à me repérer dans mon utilisation des outils du web et celle de Laurent Marseault, de l'association outils-réseaux et ses fabuleuses formations coopératives.

Pendant ce forum, j'ai aussi apporté ma contribution orale et écrite et participé à une interview.

Mediablog Brest

lundi 7 juin 2010

Les amanins

Il se passe toujours quelque chose aux Amanins pour des rencontres, pour apprendre, pour écouter… un lieu que je recommande.

Photo de la conférence qui a rassemblé près de 1200 personnes. Sur la tribune de paille, je suis tout au loin, à gauche en compagnie de Patrick Viveret, Deborah Maarek et Pierre Rabhi.

dimanche 6 juin 2010

La direction d'entreprise

Être dirigeante d'une entreprise est une belle responsabilité, une lourde charge, aussi. Je me suis retrouvée dans ce rôle sans l'avoir vraiment choisi, un peu comme une évidence, parce que d'autres sont venus rejoindre le chemin que nous parcourions déjà (l'entreprise a grandi et il fallait la gérer). Je me sentais à l'aise pour transmettre, accueillir et accompagner puis diriger. C'est-à-dire être garante du sens, faire vivre l'entreprise humainement et financièrement. J'ai appris en marchant, j'ai utilisé mon intuition et je me retrouve bien dans ce que dit Meryem Le Saget sur "le manager intuitif".

À un moment donné, je me suis retrouvée "devant". J'incarnais l'autorité morale. Alors je me suis retournée car je ne souhaitais pas être distanciée. J'ai pensé à toutes ces entreprises fortes de leurs valeurs, dépendantes de leurs fondateurs. J'ai souhaité un avenir pour cette coopérative qui ne dépende pas que de moi. J'ai eu besoin de souffler et de me retrouver, en tant que personne, au-delà de l'identification faite à Oxalis.

J'ai franchi ce pas rapidement. Il ne fallait pas hésiter. Sauter, vite, pour rebondir. Cela a été possible car la direction était organisée de manière collégiale, parce que chacun assumait ses responsabilités.

Lire la suite...

samedi 5 juin 2010

La mutualisation

Je m'intéresse et je pratique la coopération, la mutualisation, mais quelles en sont les différences ? La mutualisation est à la mode car elle induit l'idée d'optimisation, ce qui est le cas, en effet. C'est pourquoi, les pouvoirs publics poussent les associations à "mutualiser des moyens" pour mieux se professionnaliser et optimiser des coûts.

Certes, mais on ne peut pas impunément vouloir de la mutualisation «pour l’autre». Celle-ci s’inscrit en premier lieu dans un engagement réciproque et un acte volontaire choisi et conscientisé sans lesquels la mutualisation ne saurait perdurer. Il s'agit de prendre en compte la motivation des personnes concernées.

À Oxalis, nous mutualisons beaucoup de choses :

  • des moyens entrepreneuriaux que sont un statut, de la comptabilité, des services administratifs tels que la paye…
  • de la formation avec une offre étoffée. Voir le catalogue de formations à Oxalis (pdf)
  • de la veille juridique et sociale.
  • des partages d'infos sur les marchés publics ou autres marchés.
  • des échanges de compétences professionnelles, selon nos métiers et de l'accompagnement interne.
  • des réseaux.
Et tout cela par de la solidarité économique et humaine :
  • chacun contribue financièrement à hauteur d'un pourcentage de sa marge brute (avec un plancher et un plafond) : ainsi ceux qui font plus de chiffres d'affaires aident le financement des moyens mutualisés pour ceux qui démarrent ou font de petits chiffres.
  • chacun peut bénéficier des compétences des autres, car à 150, elles sont très larges et diversifiées.
  • du soutien moral, des échanges d'expériences…

Lire la suite...

jeudi 3 juin 2010

La responsabilité

Je suis animée par des valeurs humanistes, elles me donnent le carburant pour agir. Intuitivement, dès la création d'Oxalis, j'ai pensé que la coopération reposait sur la responsabilité individuelle et collective, sur la confiance et sur l'ouverture. Après 20 ans de travail coopératif, je l'affirme toujours, ayant vérifié à maintes reprises combien ces ingrédients en sont le ferment.

C’est la responsabilité de soi, s’assumer, ne pas faire porter au collectif les conséquences de ses choix. C’est aussi la responsabilité collective et l’acceptation que les choix de la personne viennent impacter le groupe. Il y a la gestion d’un paradoxe car la responsabilité ne s’affranchit pas de la solidarité. Pour autant, si chacun se sent pleinement responsable (balaye devant sa porte), et se sent responsable du collectif (contribuer à ce que l’ensemble fonctionne au mieux), les relations sont saines et la coopération efficiente.

Lire la suite...

mardi 1 juin 2010

Trajectoires indicibles


Trajectoires indicibles envoyé par bponcin




En 2001, notre entreprise Oxalis vivait un grand tournant qui a conduit par la suite son développement. C'est à ce moment-là que j'ai choisi de raconter cette aventure collective.
Mon intention était de transmettre l'idée que c'est possible de croire en ses rêves, ses utopies.

L'histoire de cette entreprise étant intimement liée à ma trajectoire personnelle, elle est le reflet de ma propre vision.

Aux Éditions du croquant.

Extrait Trajectoires indicibles (pdf)

Acheter le livre

Salarié sans patron ?


Salarié sans patron envoyé par bponcin

Sous ce titre provocateur, je raconte des histoires de personnes qui ont créé leur propre activité économique en rejoignant une coopérative d'activités. Je raconte aussi l'histoire de cette innovation sociale à la période même où elle sortait de la phase d'expérimentation pour se développer sur de nombreux territoires. Je montre comment il est possible d'entreprendre autrement au sein de ces entreprises si particulières. L'intention est de témoigner que chacun, chacune peut réaliser son projet par la solution coopérative.

Aux Editions du Croquant


Extrait salarié sans patron (pdf)

Acheter le livre