Cheminer en cohérence

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 8 septembre 2017

Formation TOB

Je partage avec Annie Chaigne la même passion pour l'accompagnement des organisations et nous avons le plaisir de co-animer une formation pour tout coach, accompagnatrice, accompagnateur, dirigeant.e, manager, pour toute personne qui souhaite approfondir sa compréhension ou sa connaissance des organisations, la sienne ou celles dans lesquelles il ou elle intervient.

Nous nous appuyons sur la Théorie des Organisations de Berne (TOB) car elle apporte une vision systémique pertinente pour poser un diagnostic et trouver des leviers d'actions ou encore pour créer un projet.

Si cela vous intéresse, n'hésitez pas à nous contacter. Nous pourrons échanger avec vous et vous présenter la formation de manière plus détaillée.

adhoc_annie_chaigne@orange.fr ou beatrice.poncin@orange.fr

Ci-joint une présentation à télécharger ici Présentation formation TOB

Conférence sur la transmission

Je suis invitée par le réseau rural breton dans le cadre d'un cycle d'animation thématique. 







Celui du 21 septembre est consacrée aux enjeux de la transmission.




Ça se passe à Saint-Gonnery, dans le Morbihan. C'est le jeudi 21 septembre de 16h à 19h

Je présenterais des travaux réalisés sur l'accompagnement de la transmission : 

document téléchargeable : 
La transmission (format pour imprimer sous forme de livret) ou La transmission (format pour lecture écran).

Des personnes viendront également témoigner de la réussite de la reprise de leur activité (une exploitation agricole, une association et une entreprise de commence) avec les institutions les ayant accompagnés (Réseau transmission, Bretagne active, la CCI)

vendredi 28 avril 2017

Formations

Je propose des formations ayant traits aux questions organisationnelles et à la coopération.

Je les organise à la demande de groupes constitués d'origines diverses

Animation de réunions participatives 

Théorie des Organisations de Berne (TOB) - avec Annie Chaigne en Savoie

Processus décisionnels participatifs

Management des relations bénévoles salariés

samedi 7 novembre 2015

Le mois de l'ESS

Je participe au mois de l'économie sociale et solidaire :

le 12 novembre 2015 à 19h avec Vallons Solidaires (pays des Vallons de Vilaine)  à Bréal sous Monfort (35)

le 14 novembre à 16h avec Horizons Solidaires (pays de St Malo) à la Brasserie Bosco à Saint-Malo

le 6 décembre 2015 à 14h avec l'association Des idées et des livres, etc  à Becherel (35)
nous pourrons échanger autour du livre Comme un rhizome et sur d'autres choses…
Vous êtes les bienvenus !!

samedi 10 octobre 2015

Journées littéraires

J'ai la joie d'être l'invitée de Michel Rouillon pour présenter Comme un rhizome



le 24 octobre 2015 
à 10 h à la librairie Doloise à Dol de Bretagne (rue principale), 
à 15h30 à la maison des mots à Dol de Bretagne (27 rue de Paris)
• à 20h30 à l'association St Malo Sports Loisirs, à St Malo, quartier la Découverte. 
J'aurais le privilège d'être en compagnie d'autres auteurs et en particulier d'Hemley Boom qui présentera son dernier roman "Les maquisards" aux éditions La Cheminante.

Dans le cadre du mois de l'économie sociale et solidaire, nous pourrons échanger autour du livre Comme un rhizome et sur d'autres choses…


le 14 novembre à 16h
 avec Horizons Solidaires (pays de St Malo) à la Brasserie Bosco à Saint-Malo

le 12 novembre 2015 à 19h avec Vallons Solidaires (pays des Vallons de Vilaine)  à Bréal sous Monfort (35)


le 6 décembre 2015 à 14h avec l'association Des idées et des livres, etc  à Becherel (35)



Vous êtes les bienvenus !!

mardi 4 août 2015

Un roman inédit

Il est bon de laisser du temps au temps... ce livre commencé il y a 2 ans et demi a fait son chemin. Je l'ai rédigé d'un trait, début 2013. Occupée par d'autres tâches, je l'ai repris un an plus tard. Grâce à la lecture attentionnée d'une dizaine de premiers lecteurs, j'ai pu améliorer le texte et oser penser le publier.

Il a trouvé son éditrice il y a tout juste un an. Nous nous sommes rencontrées, avec Sylvie Darreau, fondatrice des éditions de la Cheminante, lors de l'événement Étonnants voyageurs à St Malo.
Une belle rencontre car Sylvie pétille d'un enthousiasme contagieux. Je suis ravie de rejoindre sa maison d'éditions.

Aujourd'hui, je suis heureuse d'annoncer la parution de
Comme un rhizome
le 10 septembre 2015 !!!

et je suis pleine de gratitude pour tous ceux et celles qui m'ont soutenue pendant ce parcours.

Sacré événement pour moi que la sortie de ce premier roman.


C'est l'histoire d'un collectif tiraillé entre utopies fondatrices et structuration de son développement. Pour sortir d'une situation de crise, ils font appel à un accompagnement… via le DLA, naturellement...

Et c'est ainsi que la trajectoire d'Antoine, Myriam, Colette, Louis rencontre celle de Marthe, coach.

Au fil des pages est racontée l'économie sociale et solidaire et aussi le métier d'accompagnement d'organisations.

Comme un rhizome est le titre choisi par l'éditrice :

"Formé à partir de la racine, le rhizome est une tige qui pousse horizontalement et qui protège et nourrit la terre. Les philosophes Gilles Deleuze et Félix Guattari s’en sont inspirés comme modèle notamment d’une horizontalité où aucun ne prévaut sur l’autre et où chacun a un rôle à jouer… Édouard Glissant reprend l’idée des deux philosophes pour chanter l’identité plurielle et la mise en réseau du rhizome qui s’oppose à l’unicité de la racine. Il oppose avec ce concept les cultures ataviques aux cultures composites qu’il appelle de ses voeux. Béatrice Poncin en tire la possibilité d’un être-ensemble transversal où se lient individualité et coopération..." Sylvie Darreau.

jeudi 5 février 2015

Gouvernance

Ce mot, objet de controverse, vient désigner les modes d'organisation qu'une structure se donne pour être en capacité de prendre des décisions. Plus largement, il signifie la façon de diriger, les modalités organisationnelles (qui fait quoi, quand, comment, dans quels délais, avec quels moyens…) qui sont tournées vers le sens, le pourquoi on agit, c'est-à-dire les objectifs qui ont été définis, la vision d'un futur désirable et désiré.

La prise de décision est l'un des segments d'un processus.

Dans les coopératives, on parle aisément de démocratie dans l'entreprise. Les associations sont aussi des ferventes de la démocratie interne. Celle-ci est cadrée par les règles juridiques que ces organisations de l'économie sociale et solidaire s'appliquent : une personne = une voix lors des assemblées générales qui réunissent les associé.es ou, selon, les membres adhérents. 

Elles veillent au renouvellement de leurs instances et des membres qui siègent. Ce n'est pas toujours facile. Il faut apprendre à lâcher-prise avec le plaisir d'être au pouvoir. Même si celui-ci n'est pas toujours gratifiant et oblige à porter la responsabilité, il est néanmoins porteur de capital symbolique. Laisser la place, accepter que les choses ne soient plus faites comme on le pensait… C'est particulièrement difficile dans ces organisations car les membres qui les composent sont particulièrement emplis de convictions et donc attachés à leurs opinions…

Ah ! Le mot pouvoir, lâché quelques phrases au dessus ! Il est chargé d'émotions. Il suscite la peur ou la colère. La tristesse aussi. Des peurs réelles lorsqu'un membre a la velléité de s'approprier le pouvoir de décider, de la tristesse ou de la colère lorsque les uns et les autres se sentent spoliés, démunis, découragés ou déchirés par des luttes de pouvoir.
À eux de reprendre leur pouvoir d'agir, de dire ce qui est attendu d'un leader, en quoi il se doit d'être cohérent avec la culture de l'organisation. Voire de le démettre. ils ont la compétence pour le faire. En tout cas, la légitimité. C'est la base d'une gouvernance partagée : choisir et nommer son leader et lui signifier son départ éventuel.
Ainsi, les membres sortent d'une situation de victime et, sans devenir bourreaux, peuvent, en rappelant le cadre, par une attitude bienveillante, redéfinir le contrat qui les lie, dans la co-responsabilité.

La peur du pouvoir est souvent une peur "fantasme". Ce qui génère de nombreuses stratégies pour le cacher sous le tapis. Et il ressurgit, de manière plus terrible encore car il n'est pas assumé.

Assumer le pouvoir. L'assumer collectivement. Là est le défi des organisations démocratiques. Le rendre légitime, visible, bordé par des processus offrant des capacités de s'exprimer et d'agir sans perdre de vue le sens qui rassemble les personnes.

Mettre du sens et agir en conscience du bien commun !

lundi 12 janvier 2015

C'est possible !


C'est possible est le titre de mon prochain livre... Un roman que je concocte quand j'ai le temps, et ce depuis maintenant 2 ans. Il sera publié probablement fin mars par les éditions de la Cheminante. Le fruit de ma rencontre avec Sylvie Darreau, éditrice. Une maison d'édition avec laquelle je me sens des liens d'affinités. Voici ce qu'elle dit de sa vision éditoriale :

"La Cheminante chante nos singularités pour mieux promouvoir l’être-ensemble, l’universel de nos différences."

C'est possible est l'histoire

Lire la suite...

mercredi 31 décembre 2014

Bilan d'une année qui s'achève

Le bilan de mon activité professionnelle est positif. J'ai réalisé mes objectifs, avec des périodes de travail soutenues tandis que d'autres périodes ont été creuses... me permettant de me ressourcer, d'explorer, d'imaginer… J'ai eu le plaisir d'accompagner une vingtaine de structures associatives de toutes tailles (locales, départementales, régionales, nationales) sur des activités diversifiées (développement local, jeunesse, sport, médico-social, recyclerie, culture, commerce équitable, centre social, insertion sociale, environnement, accompagnement social, enseignement, mutualisation ou fédération d'associations…). Tous différents, tous confrontés à un contexte social et économique tendu où leurs actions sont trop peu reconnues et mal valorisées. 

J'ai envie de retenir de mon année la confiance donnée et reçue, le plaisir de la transmission, la complexité des situations, les tensions que vivent les acteurs au sein de leurs structures, leur envie de faire au mieux, de vivre mieux, le sens donné à l'action. 

Je retiens aussi le sentiment de me sentir utile, apportant un nouveau regard, soutenant des initiatives.

lundi 2 juin 2014

La transmission

Une organisation associative ou une entreprise coopérative, comme d'ailleurs tout autre type d'entreprises, vit un changement majeur lors du départ annoncé ou prévu de son dirigeant ou de sa dirigeante. C'est une transmission particulière puisqu'il ne s'agit pas de céder une entité mais de laisser sa place pour faire vivre un projet.

Ce sujet suscite de nombreuses réactions et toujours l'interrogation sur la possibilité, la capacité, la difficulté à quitter une direction et à la confier à un autre.


J'ai posé quelques points de repères dans le document ci-dessous à partir de ma propre expérience, des témoignages de dirigeants et de mes connaissances.

la transmission


Si vous voulez imprimer ce document : en voici une version sous forme de livret (configuration pour l’imprimante : position « paysage », recto/verso reliure côté court)

la transmission pour impression

samedi 3 mai 2014

Du travail à l'œuvre, s'épanouir dans son action

J'ai la joie d'être invitée à participer à un atelier de Terre du ciel, du 13 au 19 juillet dans le Doubs.

Toutes les informations sont sur cette plaquette !

dimanche 16 mars 2014

Accompagnement d'équipes

Je viens de me livrer au difficile exercice de mettre à plat en peu de mots mon activité.

Ces derniers mois, j'ai beaucoup sillonné la France pour accompagner diverses structures dont certaines traversaient des difficultés et des conflits. 
Je sais combien la coopération n'est pas toujours facile. La bonne volonté ne suffit pas. Il y a parfois le sentiment de honte, d'impuissance ou d'échec de créer des situations de relations humaines à l'opposé de ce qui est souhaité… Vouloir un monde meilleur, plus équitable, plus humain et vivre le mal-être dans ces structures rend la situation encore plus insoutenable.
J'ai eu de grandes satisfactions et de joies de voir les équipes retrouver leur potentiel et leur plaisir à travailler ensemble après nos séances de travail…

lundi 6 janvier 2014

Associations, mode d'emploi

Un journal utile pour les associations avec des fiches pratiques, de l'actualité, des témoignages…

Mensuel édité par Groupe Territorial, Associations mode d’emploi est avec 10 000 abonnés, 25 000 exemplaires diffusés chaque mois et 80 000 lecteurs le premier titre de presse de la vie associative. Il s'adresse à toutes les associations quelles que soient leur taille ou leur secteur d’activité (sport, social, culture, environnement, citoyenneté, loisirs, économie solidaire, santé...) ainsi qu'aux structures qui travaillent en lien avec le milieu associatif (services Vie associative des collectivités, services de l’État, fédérations). Associations mode d'emploi leur donne des conseils pratiques dans les domaines juridiques, financiers, comptables, statutaires et de l’emploi pour bien gérer une association. Cette revue analyse également l’actualité associative et offre à ses lecteurs les clefs pour comprendre et anticiper les évolutions. Le titre est présent sur internet au travers d’un site très complet. www.ame1901.fr offre un accès à un ensemble de ressources documentaires dont l'intégralité des articles de la revue. Les abonnés y ont accès gratuitement. Des guides pratiques et des kits permettent d'approfondir les principales questions. La mallette associative permet de compléter cette offre documentaire.

vendredi 27 décembre 2013

Interventions

Un trimestre bien chargé à travers la France où j'ai accompagné plusieurs associations : la structuration de partenariats pour mutualiser des activités, la clarification de l'organisation interne et des postes, des formations à l'animation de réunions et à la gouvernance associative, un appui au déploiement des orientations dans une démarche participative, un accompagnement à l'analyse institutionnelle… 

De belles rencontres, à chaque fois.

Le fil conducteur de mon action est l'apport de méthodologies pour soutenir l'envie de coopérer.








Un séminaire de clôture

vendredi 16 novembre 2012

Femmes de la terre

Après avoir écrit l'histoire paternelle, avec "la vie de château, côté jardins", j'ai souhaité retracer aussi l'histoire maternelle, pour me relier à mes racines et pour transmettre à mes filles, nièces et neveux ce qu'à pu être la vie de nos ancêtres, cultivateurs depuis des siècles à Yenne, en Savoie.

Dans ce livre, à caractère privé, j'ai cherché à reconstruire bribes par bribes ce qu’a pu être cette vie de femmes si différente de la mienne, malgré le faible décalage d’âge. J’ai quarante ou cinquante ans d’écart avec cette génération de femmes qui vivaient sous la coupe de leur belle-mère et de leur mari, quémandant de l’argent de poche pour faire les courses. Je prends la mesure des changements, des ruptures et d'une différence de modes de vie, non seulement dans le quotidien, mais surtout dans les choix, malgré toute la relativité du choix, devenus possibles.

mercredi 4 juillet 2012

Associations et coaching

Je participe, ce jeudi 5 juillet, à une rencontre "Etre acteur des grands changements" organisée par 3 écoles de coach & team de la région Rhône-Alpes.

Je co-anime, avec Philippe Rogier, un atelier dédié à la vie associative. Nous partagerons nos représentations et nos expériences d'accompagnement de ces acteurs dont la culture est spécifique.

Si les finalités de l'entreprise de marché et celles de l'économie sociale et solidaire sont différentes, les problématiques qu'elles rencontrent sont similaires car ce sont celles des organisations humaines.

Pour nourrir cet atelier, deux documents récents issus de la CPCA (Conférence Permanente des Coordinations Associatives).

et une étude que j'ai réalisée en 2002 pour le CNVA (conseil national de la vie associative), et qui n'a pas vieillie.

mardi 19 juin 2012

Accompagnement de structures associatives

"Conjuguer utilité sociale et performance économique", tel est le défi de l'économie sociale et solidaire ou en tout cas, tel est ce qui est attendu du ministère avec cette volonté de "déprécariser le secteur associatif". Il était en effet insupportable pour les associations d'œuvrer dans les conditions de réduction de financement et de considération qu'elles ont connu ces dernières années. Certaines ont disparu, entraînant la disparition d'emplois mais aussi la disparition d'actions indispensables au bien-être ensemble, à la vitalité des territoires, à la vie culturelle, à la résolution de difficultés sociales de tout ordre... tout ceci étant dommageable pour la société.

On peut se réjouir de voir à nouveau associations, coopératives et mutuelles, revenir dans les intentions politiques et compter comme une force pour la transformation sociétale. Les budgets suivront-ils les intentions ?

Les associations sont, par leur rôle d'utilité sociale, dépendantes des pouvoirs publics. Il n'est pas toujours facile de résister pour garder son indépendance. Or c'est cette indépendance qui permet de créer des partenariats bénéfiques pour la mise en œuvres des politiques publiques. La diversité en est l'un des garant : foisonnement d'initiatives, valeurs fortes, projet associatif clair, citoyenneté, réseau…

La déclaration de Valérie Fourneyron ministre des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative promet de veiller à l'indépendance des associations dans une relation de partenariat.

Résister, s'ajuster, subsister, se développer sont de nombreux défis pour les dirigeants des associations. Ces fonctions reposent souvent sur des bénévoles qui apportent leur bonne volonté et leur foi dans un projet associatif mais sont parfois dépourvus pour gérer et manager. Toutes les associations n'ont pas les moyens d'embaucher une direction salariée compétente. Et lorsque c'est le cas, l'articulation entre bénévoles et salariés est parfois difficile. Or la réussite d'un projet repose aussi sur l'alliance entre les membres du bureau et une direction (salariée).

La performance, ou simplement, la nécessité de vivre des relations porteuses d'épanouissement de coopération, ne vont pas toujours de soi.

Être accompagné dans les moments d'incertitude, de changements, de crises, de conflits internes ou dans les moments de repositionnement, de développement, de déploiement, est précieux pour prendre du recul, discerner, observer, se comprendre, s'enrichir, avancer.

vendredi 15 juin 2012

Missions d'étude

Au fil du temps, j'ai réalisé diverses missions pour des organisations et politiques publiques. J'ai travaillé sur des domaines qui m'intéressaient, en lien avec mes aspirations et mes compétences.

Ces travaux s'appuient sur une écoute des acteurs concernés, un travail de recueil de ce qui se dit, d'analyse et de retranscription dans des rapports écrits. Le plus important pour moi est de mener ce travail en concertation (dans le cadre de comité de pilotage) où les personnes concernées sont étroitement associées au travail, avec une démarche participative.

Ainsi, au-delà de la transmission d'un rapport, trace écrite utile, le processus de travail apporte en soi des éléments résolutoires aux situations ou des éléments de prospective.

Les travaux réalisés sont de différentes natures :

Lire la suite...

dimanche 12 septembre 2010

Plaisir d'être en réunion

Oui, on peut vivre des réunions et éprouver un sentiment de satisfaction avec le plaisir de s'être enrichi des paroles échangées !

Les réunions jalonnent nos actions et il est agréable et appréciable qu'elles se passent pour le mieux tant pour les tâches menées que pour les personnes et les relations.

Ainsi, j'ai rédigé cet ouvrage avec l'intention de transmettre des méthodes et des expériences à tous ceux qui veulent vivre des réunions participatives.

Je souhaite que vous y trouviez pleins de ressources nouvelles ou à approfondir. N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires !

"Plaisir d'être en réunion" Aux Éditions du Croquant

Lire un extrait


Acheter le livre

Lire la suite...

dimanche 6 juin 2010

La direction d'entreprise

Être dirigeante d'une entreprise est une belle responsabilité, une lourde charge, aussi. Je me suis retrouvée dans ce rôle sans l'avoir vraiment choisi, un peu comme une évidence, parce que d'autres sont venus rejoindre le chemin que nous parcourions déjà (l'entreprise a grandi et il fallait la gérer). Je me sentais à l'aise pour transmettre, accueillir et accompagner puis diriger. C'est-à-dire être garante du sens, faire vivre l'entreprise humainement et financièrement. J'ai appris en marchant, j'ai utilisé mon intuition et je me retrouve bien dans ce que dit Meryem Le Saget sur "le manager intuitif".

À un moment donné, je me suis retrouvée "devant". J'incarnais l'autorité morale. Alors je me suis retournée car je ne souhaitais pas être distanciée. J'ai pensé à toutes ces entreprises fortes de leurs valeurs, dépendantes de leurs fondateurs. J'ai souhaité un avenir pour cette coopérative qui ne dépende pas que de moi. J'ai eu besoin de souffler et de me retrouver, en tant que personne, au-delà de l'identification faite à Oxalis.

J'ai franchi ce pas rapidement. Il ne fallait pas hésiter. Sauter, vite, pour rebondir. Cela a été possible car la direction était organisée de manière collégiale, parce que chacun assumait ses responsabilités.

Lire la suite...

- page 1 de 2